Tenez-bon , dans ce Pays anarchique.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kanon - When I said sweet I meant dirty~

Aller en bas 
AuteurMessage
Kanon
Host n°1 du Maboroshi
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 05/04/2011
Localisation : Derrière toi!

MessageSujet: Kanon - When I said sweet I meant dirty~   Mar 5 Avr - 15:29


Kanon


(An Café / Kanon X Kanon )

Nom : Kogarashi Seto, surnommé Kanon.
Age : 20 ans
Sexe : M
Rôle : Junkie
Orientation Sexuelle : Gay

Caractère (+aime/déteste) [4 lignes minimum ] : Kogarashi, c’est un peu le mec qui porte trop mal son prénom ( That’s sans doute why il a un surnom !) ! Sociable, il a toujours besoin d’être entouré et d’avoir des gens un peu partout. Ainsi il sait rester silencieux s’il le faut, ou très bavard si c’est nécessaire, mais il a besoin d’avoir quelqu’un prêt de lui ! En générale, on l’apprécie plutôt parce qu’il est plein d’entrain et de joie de vivre en apparence. Gentil, je ne sais pas, mais joyeux, ça oui. On peut avoir beaucoup de mal à le supporter parce qu’il adore avoir raison et se vanter, mais ne semble jamais le faire volontairement. En fait, on pardonne toujours à Kanon, quoi qu’il fasse ! C’est un peu le type même du gars trop populaire qui a des tas d’amis dont il ne connaît pas le nom ! Il rit facilement, semble toujours le premier partant. Comme tout bon enfant de riche, il a de nombreux caprices toujours exhaussés. Kanon a ce qu’il veut quand il veut et peut parfaitement se battre pour l’avoir ! Sûr de lui, difficile de le faire de rabaisser. Il n’a pas honte de ne penser qu’à lui quand il agit, et de blesser les autres est le cadet de ses soucis ! Quand il ne veut plus de quelque chose ou de quelqu’un, il le jette, c’est tout, c’est simple. C’est Kanon.

Il a une mémoire exceptionnelle et peut se souvenir de conversation qu’il a eût il y a dix ans! Ainsi, il est assez malin et sait parfaitement manipuler quelqu’un quand c’est pour se servir à ses fins ! Se battre, il n’en a pas peur… Ou presque. Lâche ? Oh que non ! Traumatisé ? Oui. Il s’est fait violé étant plus jeune, depuis il a une horreur des… Femmes ! Alors, il a besoin de TOUT contrôler en permanence, et quand il en approche une, il doit toujours savoir ce qu’il fait, et prévoir en avance les réactions pour ne pas risquer.. Risquer quoi ? Il ne sait pas, mais il a tellement peur qu’il agit avec précautions. Etrange, il fut abusé par un homme mais à peur des femmes… Kanon a aussi une autre phobie… une peur bleue de l’amour. Il ne prend jamais rien au sérieux, et n’en souffre pas le moins du monde ! Il faut savoir que Kanon s’affole beaucoup lorsqu’il est seul. Le moment qu’il redoute le plus au monde est la nuit, et c’est pour cela qu’en générale il ne la passe jamais tout seul, si vous voyez ce que je veux dire… Rongé à l’intérieur, complètement détruit, il a choisi la méthode Cauet pour continuer à vivre : Je souris de tout. Oui, tout doit être drôle !

Percer son masque ? Très difficile… Quand quelqu’un découvre sa phobie chronique des femmes ou l’entend gémir dans son rare sommeil, il ignore, et n’a jamais rien avoué à personne. Ce sujet, il ne l’a même jamais abordé avec ses parents qui eux aussi sont détruits… Normal, quand notre fils n’a pas le droit à une vie normale… Pour vous dire la vérité, Ko’ sait qu’il ne vivra pas vieux. Il faut dire il ne s’aide pas beaucoup… Sex, Drugs and Rock’n’Roll ! Du coup, il vit tout à fond, profite de tout, et se fait beaucoup de mal ! Kanon ne se refuse rien. Il se détruit intérieurement ! Ou plutôt, on l’a détruit intérieurement. Lui, il fait avec maintenant ! Ainsi, ne pensons donc pas à ce côté si négatif ! Pensons plutôt à ce garçon énergique, qui bouge tout le temps, qui adore s’occuper des autres du moment que les autres s’occupe de lui ! En fait, c’est un vrai gamin adolescent riche qui profite de sa vie en la croquant à pleine dent !

Alors, on résume on résume. Kogarashi - dit Kanon, est vantard ! Mais alors vraiment ! Sur de lui, il est persuadé d’avoir raison en permanence et ce n’est pas la peine de chercher à lui prouver le contraire ! Donc têtu, arrogant et impertinent ! Du genre à ne pas avoir peur de dire ce qu’il pense ! Inconscient, il se soucie peu des conséquences… Très peu ! Lunatique, dans le sens où il change facilement d’avis et d’envie. Capricieux, il veut il veut et il a surtout ! Un exemple : il se fiche pas mal de savoir le nom de quelqu’un, s’il a décidé qu’il veut… Il aura ! Manipulateur, ça va avec ! Il faut savoir se débrouiller pour avoir c’qu’on veut ! Egoïste, pareil, c’est de mèche ! Le plus important, c’est lui-même ! Torturé, il se détruit volontairement pour cause de traumatisme profond… Je ne continue pas, sinon on va pas s’en sortir !
On va lui trouver des qualités… Bon, alors, disons qu’il est sociable. Le problème c’est qu’il ne l’est pas naturellement. Bref, il a quand même l’air sociable. Il adore être entouré pas vrai ? Donc, il peut se fondre dans le décor et en générale on l’aime bien. Intelligent ! Super intelligent ! Souriant et motivant, il a toujours la pêche et donne toujours envie d’en savoir plus sur lui ! Généreux, faut dire il a de l’argent à passer par les fenêtres ! Gentil ? Quand il faut…
Aime : Le sucre : il ne mange pas de salé. Le sexe, la bonne compagnie, les jeux. Risquer sa vie, souffrir, et se détruire.
Aime pas : Les femmes, une vrai phobie ! Ne pas avoir ce qu’il veut, qu’on lui résiste, attendre, et la nourriture salé.


Histoire [ 10 lignes minimum ] : Ce qu’il faut savoir avant de commencer notre histoire :

Kogarashi signifie « Vent Froid (d’hiver) », sa mère le nomma ainsi puisqu’il naquit le jour de noël. Né d’une famille aisé dont le père était patron d’une banque et la mère une styliste connue. L’enfant qui naît est ce qu’il y a de plus normal, de plus joli, de plus gentil. Je dirai même que cet enfant est excessivement naïf et gentil avec le temps. C’est le petit mignon que l’on aime. Apprécié de ses professeurs, ayant de bonnes notes, beaucoup d’amis. Celui que tout le monde connaît parce qu’il est adorable, celui qu’on protège… Le début de l’histoire de Kogarashi n’a rien de si étrange, ni triste, ni joyeuse… C’est un enfant normal… Jusqu’à ce que…

« Bonjours Kogarashi ! Comment vas-tu aujourd’hui ? »

L’infirmier entra dans la chambre du jeune homme en lui souriant de tout son cœur. Il en faut tellement, du courage pour faire ce métier ! Prendre soin de personnes comme Kogarashi… Il en faut tellement du courage ! Il faut être si fort… Tous les jours, on entrait dans la chambre d’un adolescent d’à peine 14 ans, et ce jeune homme, encore si enfant, n’est qu’un corps, assit face à une fenêtre qui ne bouge jamais de son lit, qui ne rit pas comme tous les autres enfants, qui ne pleure pas non plus. Si ce n’était grâce à son souffle, il aurait pu passer pour mort. Seriez-vous capable vous, de vous occuper avec tant d’attention de quelqu’un comme lui, si seul, si détruit ? Oui, détruit. Mais, tous les clients de cet hôpital l’étaient. La plupart des enfants et adolescents touchés par des troubles mentaux. Anorexie, Boulimie, Suicide, régression mentale, phobie, maladie mortelle… Kogarashi n’était atteint d’aucune de celles-ci… Non, il faisait partit des « choqué mentaux », ce qui signifie donc qu’il a été troublé. Grandement troublé. Victime de…

« Où… Où… Où je suis ? »

Kogarashi se débat quelques secondes après avoir ouvert les yeux. Quels sont ces liens qui le maintiennent ? Où est-il ? Le garçon cherche à se souvenir, il rentrait chez lui non ? Peut-être… Ne se souvenant plus, il prend peur. L’endroit est sombre, froid. Il se débat de nouveau. Quoi qu’il face, il ne fait que de se brûler un peu plus les poignets. La peur s’empare encore plus de lui, il voit une silhouette s’approcher. Ko’ ne retient déjà plus les larmes de détresse et se remet à parler : « Qui êtes-vous ? Où je suis ? C’est une blague ? Qu’est ce que vous me voulez ? Laissez moi partir ! ». La personne qui s’avance fait un mouvement que le garçon ne distingue pas mais très vite il sent une douleur vive au-dessus du crâne. A peine a-t-il le temps de sentir un filet de sang sur sa joue qu’il perd conscience de nouveau. Ce n’est qu’une, deux ou trois heures plus tard qu’il revient à lui, sentant une douleur… Une nouvelle douleur, plus forte encore. Quelqu’un se tient dans son dos… des soupirs… des gémissements…

*Hurlement*

Le jeune homme se réveil d’un coup après avoir crié, et regarde autour de lui, la respiration saccadée. Il tourne la tête frénétiquement, se lève, vomit. Tout le bruit alerte une infirmière qui entre et s’apprête à courir vers l’adolescent qui hurle encore plus à la vue de la femme et court se cacher dans un coin de la chambre d’hôpital. Prenant sa tête entre ses mains, il se balance, il pleure, il crie quand l’infirmière va pour partir. Ne me laissez pas ! Ne me laissez pas seul ! Il va revenir ! Il va revenir si vous m’abandonnez ! Mais l’infirmière provoque une nouvelle crise de panique lorsqu’elle s’avance vers Kogarashi. Finalement, l’infirmier du garçon entre et le prend dans ses bras. Le garçon pleure, pleure encore. Il pleure son âme, sa peur, sa douleur. « Il est là, il est en moi, je le sens, il est là… »… L’infirmier caresse les cheveux du japonais en tentant de le calmer. « Mais non, il n’est plus là, il est partit, il ne peut plus revenir… Il faut retourner dormir maintenant… Ça va aller.»…

« Laissez-moi… laissez-moi… »

Mais l’homme est toujours là. Cela faisait trois jours qu’on annonçait la disparition de Kogarashi Seto. Le garçon avait tant pleuré qu’il n’y parvenait plus. Il avait mal, si mal. L’homme venait parfois, Il venait, puis repartait après l’avoir souillé un peu plus. Ko’ se tournait, tirait sur ses liens, mais la fatigue se faisait toujours plus présente. Il a perdu beaucoup de sang à cause de sa blessure à la tempe, il n’a plus mangé depuis trois jours, il a tellement pleuré, il ne peut plus dormir… Parfois, sans raison, il se mettait à murmurer cette supplication. Laissez-moi partir… s’il vous plait… Il a tellement froid… ne portant même plus ses vêtements… A l’aide… Maman… Papa… Venez m’aider… A l’aide… S’il vous plait… Pourquoi moi… Je veux rentrer… A l’aide… Non… Laissez-moi… Ne me touchez plus… J’ai mal… J’ai mal… A l’aide…

« Kogarashi ? C’est moi… Ça va… Réveil toi… »

Le lendemain du cauchemar du jeune homme, il se réveil en sueur et pose ses yeux effrayés sur l’infirmier à ses côtés qui le prend contre lui. Il ne peut s’empêcher d’être heureux cependant. Le jeune homme s’est remis à parler. Il exprime enfin toute l’horreur qu’il a pu ressentir durant toute cette semaine. Oui, une semaine. Kogarashi avait été enlevé, maintenu en captivité, et violé pendant une semaine. Une semaine qui en aurait choqué plus d’un. Cela faisait trois mois qu’il n’avait plus parlé, qu’il fallait le nourrir par des moyens médicaux. Et enfin, depuis cette nuit, il réagissait. L’infirmier, Akihiko Miyagi, s’en occupait quotidiennement depuis qu’il était arrivé. Il avait même choisit sa coupe de cheveux qui cachait la cicatrice que Kogarashi porte sur la tempe gauche, et lui lisait des histoires. Il s’en occupait, même si lui ne répondait pas. Mais aujourd’hui, le garçon s’agrippa à la veste d’Akihiko et se mit à pleurer.

« Et où tu vas comme ça ? »

Kogarashi s’apprêtait à sortir de chez lui quand sa mère l’arrêta. Il a aujourd’hui 20 ans. Le temps passe si vite ! Deux ans à peine qu’il quittait l’hôpital psychiatrique ! Il en sort presque indemne, si on ne compte pas le fait qu’il ne peut plus croiser une femme sans frissonner et s’apprêter à hurler de peur… Oui, il a développé une peur des femmes. Très étrange ! Psychologie inversée… Au tout départ, c’était si fort qu’il ne pouvait pas en approcher ! Maintenant, il se maîtrise mais n’aime pas trop rester seul avec trop longtemps, tout comme il peut parfaitement passer une nuit avec un homme s’il le décide ! En effet, après cet évènement, loin est partit l’ange qu’était Kogarashi ! Bonjour à Kanon, l’Host. Il sort en permanence, loupe ses études et passe son temps à bosser au Maboroshi… On ne peut plus l’arrêter, et il refuse de revoir l’infirmier nommé Akihiko. Non, il a complètement effacé tout cela de sa mémoire, refuse d’y croire quand il est éveillé, et ne rêve que de ça la nuit… La seule chose qu’il garde, c’est la coupe cachant son œil et sa cicatrice..


Vous

Votre pseudonyme de rpgiste ?Dana-Sama, toujours !
Comment avez vous connut le forum ?On m’en a parlé.
Que pensez vous du contexte ?Nice !
Que pensez vous du design ?Dans le thème
Fréquence de connexion ?Everyday- is so wonderfuuuulllll…
Code de validation : Ok par Rui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erina
Tueur à gage
avatar

Messages : 769
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 27
Localisation : Derrière toi, un couteau sous ta gorge.

MessageSujet: Re: Kanon - When I said sweet I meant dirty~   Mar 5 Avr - 20:37

Tu es validé

Bienvenue à toi ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://junkie-way-of-life.forumsactifs.net
 
Kanon - When I said sweet I meant dirty~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» 2.07 : Dirty Money
» Questions bètes sur le kanon chez les orks sauvages.
» Zap, Kanon, ou Lobba ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant propos :: Qui êtes vous ? :: Fiches de présentations validées ☆-
Sauter vers: