Tenez-bon , dans ce Pays anarchique.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Dim 31 Juil - 14:23

La seule fois du mois où sa mère voulait se promener à ses côtés, il fallait que ce fût chez les junkies. Cette femme avait perdu son mari par leur faute, alors elle leur en voulait et son fils devait subir toutes ses (dernières) envies. Non pas que celui-ci eut peur de ces gens-là, mais moins il trainait de leur côté, mieux il se portait. Et, la seule fois du mois où sa mère voulut se promener à ses côtés, elle fit un malaise. Une baisse de tension lui avait-on dit. Et comme ils étaient assez éloignés de l'hôpital des rebelles, sa mère fut transportée ici, à l'hôpital des junkies.
Mao ignorait combien de temps ils la garderaient et le fait qu'elle se trouvât ici ne le ravissait guère. Pour lui rendre visite il devrait se montrer prudent - même s'il savait tout de même se défendre si on l'attaquait.
Il soupira et lâcha la main de sa mère endormie depuis quelques minutes. Elle n'avait rien d'alarmant, mis à part qu'elle perdait la tête ces derniers mois, et cela rassurait un peu le garçon. Cette femme était la seule chose importante qu'il lui restait dans sa vie, il souhaitait prendre soin d'elle, bien que ce fût parfois difficile de ne pas craquer tant elle ressassait de mauvais souvenirs.
Il sourit tendrement, se releva et ferma doucement la porte de la chambre. Il cherchait une machine à café ; lui aussi avait besoin d'un peu de repos. Il marchait le visage cloué au sol en zigzaguant à travers les longs couloirs de l'hôpital. Il n'aimait pas réellement ce lieu plus morbide qu'autre chose. Mao leva les yeux seulement lorsqu'il se cogna contre quelque chose, ou plutôt quelqu'un.

« Je... Excusez-moi... » Bredouilla-t-il en se frottant le front.

Un médecin ? Un infirmier ? Non, la personne en face de lui ne portait pas de blouse. Un visiteur, ou peut-être un patient alors ; en tout cas, Mao espérait qu'il ne fût pas méchant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Dim 4 Sep - 13:13

Drogues. Alcool. Femmes. Hommes. Musique. Et très peu de nourriture.
Azu avait eu la joie d'être invité à une soirée de ce genre, et avait mal fini, malheureusement. Il avait assez bu, mais ça n'avait pas été ça le pire. Ce fut la drogue. Pour une fois, il en avait trop pris, et pourtant, au début, ça alla. Ce fut par la suite que ça dégénéra, et qu'il se sentit horriblement mal au point de hurler et d'inquiéter les gens qui l'entourait. Quelqu'un, encore assez sobre, eut la gentillesse d'appeler une ambulance, et il fut alors mené à l'hôpital, où il passa toute la nuit.
L'hôpital, il détestait cet endroit. Quand il y emmenait, il avait l'impression qu'on allait le garder pour toujours, et qu'il allait devenir fou. Ces chambres blanches, ces draps blancs, ces tables blanches, ces lampes blanches. . . Tout. Tout était absolument blanc. Même les vêtements qu'on lui avait mis, ainsi que les médecins et les infirmiers étaient vêtus de blancs ! C'était seulement les visiteurs qui sortaient du lot. Mais lui, personne n'allait venir lui rendre visite. Personne.
Il se réveilla vers la fin de la matinée, et paniqua en voyant où il se trouvait jusqu'à ce qu'une infirmière lui injecte un calmant. Il avait peut-être réagi un peu trop violemment. . . En tout cas, il était réveillé, et n'eut le courage de bouger à nouveau qu'en milieu d'après-midi. L'infirmière le mit au courant de pourquoi il était ici, et l'intima de rester ici jusqu'au lendemain. Il accepta à contre-coeur, mais il eut au moins la chance de pouvoir se déplacer dans l'hôpital, ce qu'il ne tarda pas à faire.
A peine avait-il commencé sa petite promenade dans les couloirs qu'une personne se cogna contre lui. Aoutch. . .
Il le regarda, et fronça légèrement les sourcils en voyant de quoi il avait l'air. Ça n'avait pas l'air d'être un junkie. . . Mais après tout, il n'était pas en état de se battre, alors il détourna seulement le regard en frottant sa main contre son bras.

"Ce n'est pas grave."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Dim 4 Sep - 15:05

Mao mit un moment avant de comprendre ce qui lui arrivait. Il releva le visage lorsque la personne dans laquelle il était rentrée lui affirma qu'apparemment ce n'était pas grave. Dans ce cas, tout va bien, songea le blond. Il offrit un large sourire à son interlocuteur avant de lui demander :

« Je suis à la recherche d'une machine à café, si j'en trouve une, vous venez boire quelque chose ? Ce sera pour me faire pardonner. »

De nouveau il sourit. Il espérait que le garçon en face de lui acceptât son "invitation", cela lui permettrait de discuter un peu et de penser à autre chose qu'à sa pauvre mère qui dormait paisiblement dans sa chambre. Et puis, bien qu'il ne souhaitait pas l'avouer, il ne se sentait pas tranquille dans cet hôpital, qui plus est, n'était pas du côté des rebelles.
Plusieurs infirmières passèrent tout à coup en courant, des médecins sur leur talons. Mao eut un frisson, il fallait en avoir du courage pour bosser dans un endroit aussi lugubre et bien peu rassurant. Le blondinet n'aurait jamais fait d'études dans ce but, d'ailleurs d'études tout court. Le fait de tout le temps changer de boulot, de voir et de toucher autre chose, ça lui plaisait. Quant à l'argent, du moment qu'il pouvait manger et payer ses factures, il ne s'en souciait guère. Ses petites plaisirs, il savait les modérer.
Il reporta finalement son attention sur le jeune homme devant lui. Il remarqua ses vêtements tout blancs et comprit alors qu'il devait sans doute être un patient ici. Qu'avait-il bien pu lui arriver ? Un malaise ? Ou alors, une overdose. Il haussa les épaules, il ne semblait pas très méchant - et en même temps il paraissait un peu patraque, sûrement à cause des médicaments qu'on avait du lui faire ingurgité.
Soudain, juste derrière son interlocuteur, Mao aperçut quelque chose qui ressemblait fortement à une machine à café. Content et fier de lui d'en avoir trouvé une, il la désigna du doigt.

« Il y en a une juste là ! Vous venez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Lun 5 Sep - 17:28

Boire un café avec un inconnu simplement parce qu'il s'est cogné contre lui sans le faire exprès ? Quelle personne étrange. . . Ça ne devait vraiment pas être un junkie, et cela lui déplut énormément. Un rebelle, ici. . . Il avait dû arriver quelque chose d'assez grave à l'un de ses proches pour qu'il ait absolument le besoin de l'emmener ici. Mais il ne pouvait rien faire. Il était dans les vapes, et, effectivement, un café ne lui ferait pas de mal.
Un sourire. L'un de ces beaux sourires, mais lui, il resta impassible, bien qu'à l'intérieur de lui, il commençait à bouillir. Lui, le dernier beau sourire qu'il avait vu, c'était celui de sa mère, auquel il avait répondu, comme à son habitude. Mais désormais, il ne souriait plus. Cette fois-là, ce fut la dernière fois où ça lui était arrivé. Alors, au fond, c'était à se demander s'il était heureux ici. . . Ne disait-on pas qu'une personne qui sourit réellement est heureuse ? Bon, d'accord, l'homme face à lui ne souriait pas non-plus pour de vrai, mais il souriait. Il lui offrait un sourire pour lui seul. . . C'était. . . Comment disait-on ?. . . Bienveillant. Oui, c'était bienveillant.
Soudainement, plusieurs infirmières et médecins passèrent en courant, sûrement parce qu'une personne avait dû arriver dans un sale état, et qu'il faudrait l'opérer d'urgence. Mais il n'en fit aucunement attention, car des larmes jaillirent brusquement de ses yeux.
Mince ! Que lui arrivait-il ? Pourquoi se mettait-il à pleurer ? Devant un rebelle qui plus est ! Non. . . Non ! Il ne fallait surtout pas faiblir ! Il commença à paniquer, et baissa la tête en agitant les mains devant son vis-à-vis, alors que celui-ci venait enfin de trouver une machine à café.

"Pa-Pardonnez-moi ! Ah. . . Vo-Vous n'avez rien dit de mal ! Ce. . . C'est de ma faute. . . Mince. . . Je n'arrive pas à m'arrêter. . ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Lun 5 Sep - 19:20

Mao eut un instant de non-présence. Il mit un instant avant de remarquer le malaise de son nouvel interlocuteur. Mais que lui arrivait-il ? Bien qu'il lui assurait que le blond n'avait rien dit de mal, ce dernier se questionnait ardemment.
Il jeta un coup d’œil à la machine à café, seulement quelques pas devant lui. Il haussa les épaules, tant pis, il aiderait le garçon à côté de lui en premier.

« Vous allez bien ? Qu'est-ce qui vous arrive ? s'inquiéta-t-il, je peux faire quelque chose pour vous aider ? »

Il regardait tout autour de lui, mais il ne trouva rien qui ressemblait à un fauteuil. Le jeune homme pleurait vraiment beaucoup et cela fit mal au cœur à Mao. Celui-ci, ne savait pas réellement quoi faire. Il n'était pas un médecin. Alors il s'approcha de lui et doucement le prit contre lui. Il retint sa respiration... et si c'était un junkie ? Un junkie qui jouait la comédie et qui en fait, n'attendait qu'une chose de le prendre à la gorge ?!
Le blondinet se serrait gifler de penser de telles choses. Les films qu'il aimait regarder lui jouait trop de tours.

« Ça va aller ? » murmura-t-il

Le rebelle commençait réellement à s'inquiéter au sujet de son camarade. Ses pleurs étaient arrivés si vite et il ignorait la cause. Peut-être qu'il souffrait d'une blessure ? Pourtant il ne paraissait rien avoir d'anormal. Un terrible maux de crâne alors ? Il n'en savait rien, mais espérait que le garçon se calmerait.

« Tout va s'arranger, vous verrez. Ça va aller. »

Il tentait désormais de le rassurer. Mao osa déposer sa main sur le dos du jeune homme et lui frictionner doucement. Il lui sourit aussi, pour l'encourager à aller mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Jeu 8 Sep - 17:09

C'était bien sa veine ! Craquer devant un inconnu, et c'était un rebelle qui plus était. C'était à cause de son sourire. Ça lui avait ramené ces si beaux souvenirs en tête, ces souvenirs auxquels il n'avait pas pensé depuis si longtemps. Il fallait dire qu'il était assez souvent drogué, et il avait fini par les chasser inconsciemment de sa tête, alors y repenser brusquement, ça faisait très mal. Il n'était peut-être pas plus heureux ici, mais déjà davantage que là-bas, il le savait. Il le sentait. De toute façon, il ne pourrait jamais y retourner, et même si ce n'était que pour revoir sa chère et tendre mère, il n'aurait jamais le courage d'aller la voir. Il n'avait juste plus qu'à assumer, comme il le faisait déjà depuis quelques années.
L'attention que lui portait le rebelle le toucha, même si au fond cela le dégoûta aussi, et il se laissa faire lorsque celui-ci le prit dans ses bras et commença à frictionner son dos. Quelle douce attention. . . Il n'avait pas peur visiblement de prendre ainsi un junkie dans ses bras, et encore, peut-être ne l'avait-il pas deviné. Pourtant, vu le teint pâle qu'il avait, ça devait quand même se voir qu'il faisait parti de ses drogués.
Doucement, il glissa ses bras autour de sa taille, et posa sa tête contre son torse en tentant de finir de se calmer. Il allait déjà un peu mieux grâce aux faits et gestes du rebelle. C'était bien rare qu'il accepte l'aide de l'ennemi. . . Il fallait dire qu'il était dans les vapes aussi ! Il ne se contrôlait pas tout à fait, même s'il était presque conscient à l'intérieur de lui-même.

"Me-Merci. . ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Sam 10 Sep - 13:42

Un moment, le rebelle demeura silencieux. Frictionnant simplement le dos du garçon qui s'était blotti, ou presque, contre lui. Étrangement, Mao venait à se demander si c'était vraiment un junkie ou alors un rebelle. Car cette action ne ressemblait pas réellement à celle d'un drogué. Le blondinet s'était attendu à se faire repousser, mais ce ne fut nullement le cas.
Mao sourit doucement lorsque son interlocuteur le remercia. Oh, ce n'est pas grand-chose, songea le rebelle, je n'allais pas vous laisser comme ça... Non, ça, certainement pas. Bien qu'il ne fût pas une personne particulièrement câline, Mao adorait apporter du réconfort aux gens qui le nécessitaient.
D'une main, il releva le visage de l'autre et lui dit :

« Vous voulez que j'appelle un médecin ? »

Il avait posé cette question, mais il pensait que le garçon refuserait. Après tout, un coup de mou, ça arrive si vite et avec un peu de gaieté et de bonne humeur, tout roulerait de nouveau sur des roulettes. Ce fut la mission que s'attribua Mao. Oui, il était décidé à faire cesser de pleurer la personne en face de lui.
Le blond prit l'avant-bras du jeune homme et le traina jusqu'à la machine à café. (Il ne l'avait pas oublié dans toute cette histoire.) Il fouilla dans ses poches pour en ressortir quelques pièces, les inséra ensuite dans la machine et la boisson arriva peu de temps après. Il le touilla doucement avant de le tendre au garçon.

« Fais attention, c'est chaud. »

Il esquissa un large sourire.

« Au fait, moi c'est Mao ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Jeu 15 Sep - 21:03

Voilà qu'il souriait à nouveau. Pourquoi ? Il ne comprenait pas, là. Il dut redoubler d'efforts pour ne pas craquer à nouveau, alors que le rebelle lui demandait s'il voulait qu'il appelle un médecin. Ses sourcils se froncèrent à nouveau, et il se retira doucement de lui en croisant les bras sur son torse. Ayant bien trop peur de craquer aussi en se mettant à parler, il espérait que son vis-à-vis comprenne qu'il n'en avait aucune envie.
Mais celui-ci était parti à la machine à café, qui était après tout son principal but à la base, en l'entraînant avec lui après l'avoir pris par l'avant-bras. Il avait l'impression d'être un objet là. . . Mais cela ne lui fit rien. C'était juste une impression parce que tout venait de lui retomber dessus, qu'il était donc désormais déprimé, et déjà dans les vapes à cause du calmant qu'on lui avait donné un peu plus tôt. C'était aussi pour ça qu'il ne voulait pas voir un médecin. Il allait certainement lui en donner un, et il ne voulait aucunement que ça arrive.
Il dut arrêter d'y penser puisque le Blond venait de lui présenter le café qu'il venait de lui acheter, en prenant soin de lui dire de faire attention car c'était chaud. Il était si attentionné. . . Il attrapa doucement le café entre ses petites mains en le remerciant, et déglutit en le voyant encore à sourire.
Mais il allait arrêter, oui ?
Il alla s'appuyer contre le mur, et en profita pour regarder ailleurs. Là, c'était trop, alors il allait devoir attendre un moment avant de le regarder à nouveau. Tiens, d'ailleurs, il remarqua enfin qu'il n'avait pas encore essuyé ses joues, et le fit d'un coup avec la manche de son haut. Et voilà !

"Enchanté. . . Je m'appelle Azu. . ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Ven 16 Sep - 17:57

Le blondinet ne dit rien de plus, se contentant simplement de regarder l'étrange personne qui se tenait, tant bien que mal avouons le, devant lui. Il s'appelait donc Azu. Et que faisait-il dans cet hôpital au juste ? Cette question, Mao ne s'aventura pas à la poser. Il ne connaissait qu'à peine son interlocuteur, il ne voulait pas l'offenser.
Le rebelle avait remarqué le gêne de l'autre lorsqu'il souriait. Pourquoi détournait-il le regard à chacun de ses sourires ? Il l'ignorait complètement, mais, à l'instar de sa précédente interrogation, il ne la posa pas non plus.
Mao soupira doucement, fixant le long couloir devant lui, vide, totalement dénué de vie. C'était glauque, terrifiant et extrêmement glauque. Il eut du mal à déglutir. Drôle d'idée que d'avoir peur des hôpitaux, car il savait qu'avec l'affaiblissement de sa mère, maintenant il se verrait sûrement et sans doute arpenter de nombreuses fois des couloirs similaires à celui qui se présentait sous ses yeux.
Un frisson le parcourut, il ne voulait plus songer à cela. Non. Et puis il s'était attribué une mission, alors il devait la remplir.
D'un pas décidé, Mao s'avança de nouveau vers Azu, se retenant tout de même de sourire - bien que l'on aurait dit un masque de la Commedia dell'Arte - et reprit la parole :

« Enchanté de te connaître Azu ! Ca te dit de marcher un peu ? »

Mao se retourna et désigna l'entrée principale de l'hôpital.

« Dehors, un peu, quelques instants... Tu as le droit ? Tu en as envie ? »

Son visage se décrispa, il ne ressemblait plus à un masque grotesque. Il avait drôlement envie de sourire, mais à peine sentit-il ses pommettes se remonter qu'il plaqua ses deux mains sur son visage, écrasant ainsi sa bouche. Un poisson, voilà à quoi il pouvait faire songer.
Il se trouvait un peu idiot, mais cela le fit légèrement rire. Et puis, si son sourire blessait son interlocuteur, il n'allait pas lui faire davantage de mal. Cependant, Mao ne comprenait pas en quoi cela un sourire était blessant... Chacun ses cicatrices.

« Sauf si ma compagnie ne te plaît pas hein ! »

En disant cela, il espérait tout de même qu'Azu l'accompagnerait un moment pour une balade.
Le blond en avait assez de rester dans l'hôpital, cela lui fichait une peur bleue. De plus, sa mère dormait paisiblement alors il pouvait se promener et être tranquille lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Dim 25 Sep - 14:07

Tiens, est-ce qu'il l'ennuyait pour qu'il se mette à soupirer ainsi ? Eh bien, peu lui importait. Il se contenta de porter de nouveau son attention sur son café, et souffla doucement dessus pour le refroidir. Le café allait sûrement le réveiller, et ce n'était pas une si mauvaise chose. Peut-être qu'il pourrait ensuite prouver au médecin qu'il n'a pas à rester un jour de plus ici. Il pouvait bien se reposer aussi chez lui, mais il se doutait bien que le médecin le gardait encore une journée aussi pour l'éviter de se droguer puisque c'était bien trop tôt. Mais il n'aimait pas être ici.
Il faisait si froid ici, et tout était blanc. On aurait pu se croire au paradis d'une certaine manière, et cela le faisait bien rire. Lui, au paradis ? Non. Lui, il irait en enfer, pas au paradis, et encore fallait-il croire à ces sottises.
Il dut mettre fin à ses pensées car Mao venait de refaire son apparition en se postant face à lui pour lui proposer de marcher dehors. Malheureusement, il n'avait pas le droit de sortir, mais heureusement, il devait bien y avoir un petit endroit dans l'hôpital à l'air. Encore fallait-il savoir où il se trouvait. . .
Mais avant même d'en parler au Blond, il le regarda, surpris, en le voyant plaquer ses deux mains sur son visage. Pourquoi faisait-il cela ? Il n'avait pourtant rien dit, ou fait de mal. . . Etait-ce lui qui était devenu encore plus pâle qu'il ne l'était déjà ? Pourtant, il se sentait bien. . . Enfin, il était encore dans les vapes. Il pencha la tête sur le côté, et haussa un sourcil en l'entendant rire. Pourquoi ? Il n'en fit rien finalement vu que Mao venait de reprendre la parole, et se contenta de regarder ailleurs en se relevant.

"Je n'ai pas le droit de sortir, mais il doit bien y avoir un endroit à l'air dans l'hôpital. Nous n'avons qu'à chercher."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Lun 26 Sep - 17:57

Le rebelle fut un peu déçut lorsque son interlocuteur lui annonça qu'il ne pouvait pas encore quitter l'hôpital. Un frisson lui parcourut la colonne vertébrale et, immédiatement, il détourna son regard des couloirs qui s'étendaient à perte de vue derrière lui. Il se gratta le derrière de la tête, un peu embêté et tordit la bouche. En son for intérieur, il priait ardemment sa mère afin qu'elle se réveillât et qu'ils pussent retourner le plus rapidement possible dans le Sanctuaire de la Liberté - mais cette dernière dormait profondément et Mao souhaitait davantage prendre soin d'elle que de lui-même.
Sa mère était la seule personne qu'il avait encore en vie et à qui il tenait réellement. Elle avait toujours été présente pour lui, dans chacun de ses actes, pour le guider et l'aider à aller de l'avant. A son tour, il espérait lui démontrer qu'il pouvait s'occuper d'elle aussi bien qu'elle l'avait fait pour lui. Le blondinet, orphelin de naissance, attachait beaucoup d'importance envers cette femme qui l'avait élevé et éduqué à l'instar d'une véritable mère. Il l'aimait et, même si elle ne cessait de ressasser continuellement le passé douloureux, il la choyait tant et plus.
Reportant finalement son attention vers Azu, il esquissa alors un grand sourire - oubliant complètement que cela pourrait blesser son interlocuteur. Voyant alors que ce dernier ne tarderait plus à terminer son café, Mao décida de surmonter ses angoisses des hôpitaux.

« C'est d'accord, marchons un peu ! »

Il fit mine de rien, mais rien qu'à la simple idée de parcourir les longs couloirs, il aurait pu détaler comme un lièvre et partir s'enfermer dans la chambre qu'occupait sa mère. Mais il n'était plus un enfant, et puis, rien n'allait surgir dans le corridor pour venir l'emporter... N'est-ce pas ?
Il enfouit les mains dans ses poches puis commença à marcher, son interlocuteur sur ses pas. Étrangement, ce garçon ne lui faisait pas si peur que ça. Peut-être était-ce du aux calmants qu'il avait certainement du s'enfiler...

« Ca fait un peu film d'horreur, débita le blondinet, hm... Regarde, là-bas (il pointa un fauteuil roulant qui était devant une porte) on pourrait dire que le patient qui devrait s'y trouver s'est fait dévorer par le monstre. Non, en fait, reprit-il, pas par un montre. Par un psychopathe sanguinaire et assoiffé de sang frais ! »

Il rit jaune, tandis que leur pas se répercutaient sur les murs blancs. Pour briser le lourd silence qui régnait, il poursuivit sa petite histoire, associant alors des gestes à ses paroles.

« Et ensuite, le psychopathe il sort de la chambre, son couteau bien aiguisé en avant ! Comme ça, tu vois ? (il fit semblant d'avoir un couteau) Et puis tous les médecins qui le voit commencent à paniquer et à crier dans tous les sens. Mais du coup, le fou, ça lui plaît deux fois plus. Et, au final, il tue tout le monde. »

Mao haussa alors les épaules.

« Dommage pour les gens, hein ? s'amusa-t-il, mon histoire t'a plu ? Tu crois que je ferais un bon scénariste, dis ? »

Il se mit à repenser à la "mission" qu'il s'était attribué. Il voulait qu'Azu allât mieux... Mais bon, cette histoire davantage macabre qu'autre chose ne lui rendrait peut-être pas le sourire. A moins qu'il ne s'identifiât au psychopathe et qu'à son tour il se mît à tuer tout le monde ?
Le rebelle secoua la tête pour chasser ses idées terrifiantes de son esprit. Son interlocuteur ne semblait pas trop violent ni méchant dans l'immédiat, alors il ferait mieux de ne pas le provoquer. Savait-on jamais, un peu trop de méfiance en compagnie d'un junkie ne pouvait pas faire de mal - au contraire.

« Tu veux que je te raconte une autre histoire ? Oh, j'en ai plein en réserve et puis l'imagination ce n'est pas ce qui me manque tu sais. »

Un véritable moulin à paroles, voilà ce qu'il était en réalité. Il enchaînait rapidement toutes ses idées, les exposant facilement car il n'attendait que cela. Il voulait discuter avec les autres, échanger, afin de se faire des amis, ou tout simplement de se cultiver un peu. Il adorait débiter des mots à tout va et même si parfois cela ennuyait ses interlocuteurs, Mao s'en moquait, lui ça lui faisait un bien fou de tout extérioriser.
La vie il la prenait à deux mains et ne souhaitait pas la lâcher de si tôt. Junkies ou rebelles, tout cela lui importait peu, chacun faisait ses affaires, du moment qu'il parvenait à interagir avec, ça lui allait.

L'orphelin tourna le visage vers Azu, s'autorisant finalement à le détailler un peu plus. Il sourit ; Mao espérait bien s'en faire un nouvel ami ! Après, il ne le connaissait pas plus que ça, mais désormais qu'il s'était fixé une mission, il le harcèlerait - ou presque - jusqu'à ce qu'elle fût remplie ! Que ce fût à l'intérieur de ce lieu macabre ou bien à l'extérieur, Mao l'accomplirait.

« Tu me sauves si un fou vient nous attaquer ? demanda-t-il tout à coup, je suis pas fort, je mourrais vite je suis sûr ! ajouta-t-il en esquissant une moue boudeuse, mais toi, tu es Azu le tout puissant ! »

Mao rit doucement. Ce n'était pas faux au fond, le blondinet ne se trouvait pas être bien costaud en cas d'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Jeu 6 Oct - 0:32

Visiblement, ça ne plaisait guère au rebelle de rester ici lui aussi vu le regard qu'il lança aux couloirs sans fins, qui s'étendaient non loin d'eux. Il le comprenait, ou du moins en partie. Peut-être qu'il n'aimait pas rester ici pour une autre raison, lui, qui sait. Il n'en savait rien, et au fond, n'avait pas envie de le savoir. Il avait affaire à un rebelle après tout, mieux valait rester sur ses gardes, bien qu'étant dans les vapes, il ne pourrait faire grand chose. Et voilà qu'il n'avait pas tout à fait tord puisque Mao se gratta le derrière de la tête, et tordit la bouche.
Mais au fond, qui aimait réellement passer du temps dans un hôpital ? Est-ce que les médecins et les infirmiers aimaient-ils eux aussi réellement cette ambiance qu'on trouvait dans tous les hôpitaux ? Ils devaient aimer leur travail, ça c'était évident, puisqu'ils étaient ici pour le pratiquer, mais après ? N'avaient-ils pas peur eux aussi d'être ici ? Surtout dans cet hôpital, où regorge beaucoup de patients atteints d'overdoses. Il avait un peu pitié d'eux, au fond, car devoir s'occuper de personnes de son cas ne devait pas être facile. La preuve, à peine fut-il réveillé qu'ils avaient dû s'empresser de lui injecter un calmant. Heureusement qu'ils existent ceux-là, tiens. . .
Et voilà, il recommençait à sourire, mais Azu n'en fit rien. Il ne voulait pas non-plus faire une remarque à chaque fois qu'il souriait malencontreusement. Il termina son café, et acquiesça d'un signe de tête à ses paroles. Marcher devrait pouvoir lui faire du bien, et le réveiller aussi. Une petite promenade dans un hôpital avec un rebelle. . . Ça n'arrivait que très peu ce genre de choses ! Qui plus était, ils se connaissaient à peine, et c'était ça qui surprenait le plus notre junkie. Mais le pauvre petit était encore bien dans les vapes, et ne contrôlait pas tout à fait ses faits et gestes. Bien évidemment, il ne voulait pas non-plus semer la pagaille dans l'hôpital, mais il trouvait cela bizarre, ce genre de situation.
Ils commencèrent à marcher, et finalement, Mao ne tarda pas à briser le silence. Qu'est-ce qu'il était bavard ce rebelle. . . Lui aussi était bavard généralement, mais avec le calmant qu'on lui avait forcé de prendre, c'était un peu difficile d'avoir les idées claires et de pouvoir l'être. Il écouta alors sagement l'histoire de son vis-à-vis, mais fut blasé plus qu'autre chose. Il était vraiment peureux au fond, et c'était un rebelle, ça ? Ce fut ce qui le fit rire légèrement au final, le fait que celui-ci avait visiblement encore plus peur d'être dans cet hôpital que lui si bien qu'il se faisait davantage peur en racontant les histoires typiques de films d'horreur. Ah ça oui, c'était marrant.

"Tu n'aimes vraiment pas les hôpitaux, n'est-ce-pas ? Tu es sûr de vouloir me raconter une autre histoire ?"

Parce que ça allait sûrement l'effrayer encore plus d'être ici à force de raconter de telles histoires, non ? A lui, ça ne lui avait pas fait peur en tout cas. Il n'aimait juste pas être ici à cause de cette couleur si lumineuse, c'était tout.

". . . Je ne suis pas le tout puissant. Je trouve ce surnom ridicule. Quant à te sauver, pourquoi sauverais-je un rebelle ?"

Oh, zut, il avait été méchant. Très méchant. Il détourna brusquement le regard, et sentit les larmes lui monter aux yeux. Pourquoi ? Après tout, c'était un rebelle, il n'avait pas à s'en faire pour son ennemi, n'est-ce-pas ? Et pourtant. . .

". . . Je. . . Je suis désolé. . . Je ne voulais pas être méchant. . . alors que tu as été très gentil avec moi. . ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Lun 24 Oct - 19:14

« Non, j'aime pas les hôpitaux... Regarde, j'ai les poils du bras tout hérissés ! s'amusa-t-il en désignant son avant-bras, je trouve que ça fait peur. Et puis j'aime pas l'odeur non plus. C'est pas naturel, c'est... glauque. »

Il ne trouvait décidément aucun autre mot pour décrire ce qu'il éprouvait de ce genre d'endroit. Il se gratta le derrière de la tête puis, en entendant que Azu ne voudrait pas le sauver si jamais il y avait une attaque d'un psychopathe, Mao se mit à faire une moue boudeuse.

« C'est pas très gentil ce que tu me dis là... expliqua le blondinet en se tournant vers son interlocuteur, et puis... oh ! fit-il, ne dis à personne que je suis un... rebelle, d'accord ? » termina-t-il en baissant un peu le ton de sa voix.

Il ne voulait pas se faire repérer ici, autrement il était certain de finir enfermé dans une chambre à la place même de sa mère. Il déglutit difficilement, puis il remarqua que Azu avait des larmes au coin des yeux. Immédiatement, Mao cessa de songer à ses éventuels problèmes pour porter son attention vers le garçon à côté de lui. Il lui sourit doucement.

« Ca ne fait rien tu sais, j'ai l'habitude qu'on m'envoie voir ailleurs ! Et puis ne pleure plus, ajouta-t-il en le décoiffant un peu, qui est le junkie de nous deux, hein ? »

Bon d'accord, junkie ou pas, tout le monde pouvait pleurer et avoir des moments de tristesse. Mais le blondinet espérait que son pauvre argument aurait le don de remettre son camarade sur le chemin.
Mao le trouvait adorable de s'inquiéter pour lui. C'était la première fois qu'on lui disait être désolé de l'envoyer paître... Faut-il bien un début à tout !

« Tiens regarde, on va s'asseoir un peu là-bas ? »

Il désigna une sorte de grand hall avec un plafond transparent. C'est-à-dire que l'on avait tout le loisir de voir le ciel, tout en était protégé de la pluie et du vent. Il y avait quelques chaises disposées sur le côté ainsi que des bancs.
Mao prit la main du garçon et l'entraina sans lui demander son reste. Il appréciait la compagnie de Azu, en fait, dans cet hôpital, ça le rassurait de discuter avec lui. Étrangement, il se sentait un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Azu

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Mar 25 Oct - 22:02

Pour avoir les poils du bras hérissés, il les avait ! C'était assez amusant, mais il ne laissa paraître aucune réaction puisqu'il s'en voulait d'avoir été si méchant avec le rebelle. Il se contenta de continuer à fixer ce point imaginaire qu'il observait depuis qu'il avait présenté ses excuses à Mao.
Il était vrai que l'odeur n'était pas naturelle ici, mais avec tous les patients atteins d'une overdose, ça n'avait rien de surprenant. Cela voulait-il dire qu'il ne sentait pas très bon lui aussi ? Quant à la qualifier de glauque, c'était tout à fait normal puisque de toute façon, TOUT ici était glauque. Absolument tout. Ça n'existait donc pas des hôpitaux accueillants, et agréables ? Ici, on avait simplement l'impression qu'on allait y rester. C'était peut-être pour ça qu'il en avait davantage peur qu'auparavant.
Il faillit vraiment se mettre à pleurer quand le rebelle lui répondit à ses cruels propos, mais réussit à se retenir. Il ne fallait pas encore pleurer, et encore le déranger. Mao allait vraiment finir par croire qu'il était encore plus faible que lui. Il n'en fit alors rien, mais acquiesça tout de-même lorsqu'il lui demanda de ne dire à personne qu'il était un rebelle. En temps normal, il l'aurait dit, ou aurait été encore plus méchant avec lui, mais après tout, il avait été gentil avec lui, alors pourquoi serait-il méchant, lui ?
Tiens, que venait-il de dire, hein ? Son vis-à-vis lui assura que ce n'était pas bien grave, et lui ébouriffa gentiment les cheveux en plaisantant sur le fait qu'après tout, c'était lui le junkie. Quelle agréable personne. . .

"Mais tu as été très gentil avec moi. . . Je n'ai donc pas être méchant, même si je n'aime guère les rebelles. . ."

Ce fut avec une petite voix qu'il prononça ses mots, et il s'apprêta à l'utiliser pour répondre positivement à la question que Mao venait de lui poser, mais celui-ci l'y entraîna sans même lui en laisser le temps. Tant pis, ce n'était pas bien grave après tout vu qu'il n'y voyait pas d'inconvénients. Il se retrouva donc installé à ses côtés, et commença à balancer doucement ses jambes en regardant le ciel.
Ayant les idées qui étaient en train de devenir un peu plus claires, il regarda finalement un instant le rebelle à ses côtés, puis de nouveau le ciel, avant de prendre la parole.

"Pourquoi es-tu ici ? C'est rare qu'on y trouve un junkie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 27/02/2011

MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   Mer 26 Oct - 16:20

Les deux garçons s'assirent donc là où Mao avait conduit Azu quelques instants plus tôt. Ce dernier demeura silencieux un moment, regardant le ciel à travers le plafond. Le blondinet leva lui aussi les yeux, c'était beau, contrastant parfaitement avec le lieu dans lequel ils se trouvaient. C'était assez étrange d'avoir un coin de Paradis dans l'antre des Enfers...

« C'est pour ma mère, elle est malade. On a voulu se promener, mais elle a fait un malaise et l'hôpital d'ici était plus proche que celui du sanctuaire de la Liberté, expliqua le garçon en soupirant doucement, ça me fait mal de la voir comme ça. Elle prend si soin de moi et je n'arrive pas lui rendre la pareille ! »

Il se tut, jouant un instant avec ses mains. Il ne riait, ni ne souriait, plus. Dès que le sujet de sa mère était abordé, en général il avait une petite pointe au cœur. Cette dame était la seule famille qui lui restait, si elle partait, il serait tout seul, un peu plus orphelin encore.

« Elle m'a élevé à la place de ma mère tu sais, alors je ne veux pas qu'elle me laisse déjà. J'ai encore besoin d'elle... même si elle divague et raconte tous les jours le passé... »

Mao sourit tendrement, parce qu'au fond, même si entendre les évènements passés se ressasser encore et encore, il pensait pouvoir les supporter bien davantage que le décès de sa mère.
Il releva le visage et se tourna vers son interlocuteur.

« Voilà pourquoi je suis là, chez les junkies... Tu sais, je n'ai pas forcément peur de vous, mais si j'avais pu éviter ça, ç'aurait pas été plus mal en fait. »

Il ouvrit alors de grands yeux, se rendant compte de sa maladresse. Il s'empêcha de reprendre :

« Mais je suis quand même content d'être là, j'ai pu te rencontrer ! C'est bien, parce que tu ne me dis même pas de me taire. Tu m'écoutes parler, raconter tout ce que j'ai envie et tu ne me dis pas de partir, rit-il, et puis t'es excusé lorsque tu l'as fait ! D'ailleurs, je te l'ai pas dis, mais ça m'a vraiment surpris... D'ordinaire on s'en fiche totalement de me renvoyer ! »

Ce qu'il disait là était vraiment sincère. Il appréciait que Azu eut accepté de converser avec lui, mais également qu'il ne l'eut pas mis à la porte. Pour approuver cela, le blondinet sourit très largement.
Un petite minute de silence s'ensuivit durant laquelle Mao fit la girouette. Il regardait des deux côtés du hall où ils étaient assis, se demandant un peu à quoi il pouvait bien servir. Il haussa les épaules finalement en pensant que ça ne changerait en rien sa vie s'il le savait. Il se retourna vers son camarade et, à son tour, il lui posa la même question :

« Et toi, pourquoi tu es là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.forumotion.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au milieu d'un couloir... [ft. Azu]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» La venue des Numénoriens en Terre du Milieu
» Le nom des armes en Terre du Milieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'hôpital ☆-
Sauter vers: